Le 11 septembre 2001, l’Amérique et le reste du monde sont frappés de plein fouet par les attentats du World Trade Center. Alors que l’on commémore aujourd’hui le 16ème  anniversaire de cette attaque, les cinéphiles ne sont pas sans ignorer que le cinéma à sa manière, a lui aussi fait un devoir de mémoire depuis cette date tragique. Films catastrophe, films documentaires, scenarios engagés, comédies, tous rendent hommage de façon directe ou indirecte aux victimes de ce jour funeste.

Fauchés en plein vol

Vol 93 :

Premier long métrage à aborder les attentats, le film Vol 93 du cinéaste britannique, Paul Greengrass sorti en 2006 ressemble d’avantage à une reconstitution de la lutte des passagers pour essayer de stopper le scenario catastrophe qu’à une fiction. Les 90 minutes du film correspondent exactement aux 90 minutes insoutenables qu’ont vécues les passagers en comprenant que leur avion était détourné.

A noter :

  • Réalisé avec l’accord et la collaboration des familles des victimes, et même si certains éléments restent inexpliqués, le film s’appuie sur les appels transmis aux proches pour faire une reconstitution des plus fidèles.
  • Pour que la tension entre les courageux passagers du Vol 93 United Airlines et les pirates de l‘air d’Al-Qaida soit elle aussi la plus réaliste possible, le réalisateur a souhaité que les deux groupes d’acteurs se trouvent le moins possible en contact. Ainsi, ils furent logés dans des hôtels différents et ne partagèrent aucun repas et activités.
  • Autre bon point pour ce film poignant, un pourcentage des recettes du premier week-end d’exploitation (environ1,15 million de dollars) a été versé au mémorial du Vol 93, situé près de Shanksville, en Pennsylvanie, lieu du crash du Vol 93.
  • Le téléfilm Flight 93, tourné la même année par Peter Markle retrace lui aussi les événements du Vol 93.

World Trade Center

Film catastrophe d’Oliver Stone sorti lui aussi en 2006,  World Trade Center s’inspire de l’histoire vraie de John McLoughlin (Nicolas Cage) et Will Jimeno (Michael Peña), deux policiers du PAPD, le département gérant les opérations de police et de sécurité de New York. Appelés à intervenir au World Trade Center, ils se retrouvent coincés mais en vie, sous les décombres des deux tours qui viennent de s’effondrer. Pendant 12 heures, ils ne vont cesser de s’apporter réconfort mutuel en évoquant leur vie et ce qui leur tient à cœur (familles, carrières et espoirs). Policiers, infirmiers new-yorkais se relayent sans relâche auprès de Dave Karnes, un ancien marine pour extraire des ruines les deux hommes.

A noter :

  • Pour le rôle de John McLoughlin, Oliver Stone a longuement discuté avec le vrai sergent pour déterminer quel serait le « meilleur » acteur pour interpréter son rôle. Mel Gibson, George Clooney et Harrison Ford étaient en lice mais c’est Nicolas Cage qui a été choisi.
  • Parmi les figurants, on trouve de vrais pompiers et policiers interprétant leur propre rôle. Ainsi les protagonistes, McLoughlin et Jimeno sont visibles lors de la scène du barbecue.
  • Par souci de réalisme, une maquette du World Trade Center 6 a été reproduit dans un ancien hangar de la compagnie Hughes Aircraft en Californie.

Des docs en stock

De nombreux documentaires ont vu le jour après les attentats du 11 septembre 2001. Nous signalerons celui réalisé par la famille Naudet (Jules et Gédéon) et sorti en 2002. Témoins visuels du premier avion s’écrasant sur la tour Sud, ils sont en reportage dans une caserne proche du World Trade Center et suivent les pompiers appelés sur place pour une fuite de gaz. Les deux frères réussissent à sortir indemnes de la Tour sans jamais arrêter de filmer. C’est ce “live” qui donne naissance à leur film documentaire 9/11 ou New York : 11 septembre.

Gérer la détresse

D’autres films se sont penchés sur la détresse des familles touchées par les attentats du 11 septembre 2001.  Une mention spéciale dans cette catégorie pour le film de Stephen Daldry intitulé Extrêmement fort et incroyablement près. C’est l’histoire d’un jeune garçon qui de retour chez lui regarde les informations télévisées et apprend que son père (Tom Hanks) est mort dans l’effondrement des tours du World Trade Center. Tout d’abord abattu par le chagrin, il se relève en se remémorant ce que son père lui disait : « n’abandonne pas » et parcours tout New York pour élucider un mystère.

A noter :

  • Le film s’est inspiré d’un roman de Jonathan Safran Foer paru en 2005 et que l’on peut considérer comme la première fiction à s’intéresser aux ressenti des proches des victimes.
  • Il fut nommé deux fois à la 84e cérémonie des Oscars comme Oscar du meilleur film et oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Max von Sydow.

Thèse du complot et critiques politiques

Plusieurs documentaires et films se sont attachés à prouver la thèse du complot et à critiquer le gouvernement Bush.

Récompensé par la Palme d’or au festival de Cannes 2004, le film documentaire Fahrenheit 9/11 de Michael Moore s’en prend à la politique de George Bush en révélant notamment des liens existants entre sa famille et celle de Ben Laden et comment il aurait permis aux Ben Laden de quitter sans bruit le pays après les attentats.

Dans la même veine et dénonçant les mensonges du gouvernement américain et sa mauvaise gestion de l’après attentat, on citera, Mensonges d’état, de Ridley Scott (2008), ou Green Zone, de Paul Greengrass (2010).

Rire pour guérir

Il parait que le rire peut tout guérir. L’humour britannique de We are four lions sorti en 2010, propose une satire réussie du terrorisme d’Al Qaïda. Chris Morris,  met en scène 4 terroristes islamistes d’origine anglaise qui tentent d’organiser un attentat pour accéder au paradis. Et pour essuyer nos larmes en cet anniversaire tragique, on peut aussi regarder la comédie de Morgan Spurlock Where in the World is Osama Bin Laden ?