Le quotidien La Marseillaise placé en redressement judiciaire

0
15
marseillaise-quotidien

La Marseillaise, quotidien régional lancé pendant la résistance et proche du PCF, vient d’être placé en redressement judiciaire avec une période d’observation de 6 mois, vient d’annoncer Fabrice Lecomte, le président délégué du journal.

“L’urgence, c’était d’assurer la continuité du journal. On va pouvoir travailler à un plan de continuation dans la concertation (…) et passer cette phase difficile”, a déclaré le dirigeant du quotidien, devant le tribunal de commerce de Marseille, qui statuait à huis-clos.

Déjà placé en redressement judiciaire en 2014, le journal qui salarie 117 personnes dont 57 journalistes, avait ensuite été racheté en 2015 par Les éditions des Fédérés, dirigées par Pierre Dharréville, secrétaire départemental du Parti communiste.

“Il y a un enjeu réel de démocratie. On ne peut pas laisser disparaître un titre comme le nôtre dans le contexte actuel, quand on voit ce qu’il se passe au niveau de l’extrême-droite galopante et du néo-libéralisme”, a déclaré Jean-Marie Dinh, représentant du syndicat SNJ-CGT, devant salariés et lecteurs, réunis en soutien devant le tribunal. Offrant une large place à l’actualité politique et sociale, La Marseillaise est diffusée dans six départements du sud-est : Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-de-Haute-Provence, Vaucluse, Hérault et Gard.

Les chiffres de tirage et de vente ne sont pas publiés par le quotidien, mais selon diverses sources proches de la société, il serait tiré entre 10.000 à 15.000 exemplaires. Selon les dirigeants, la chute des revenus publicitaires serait la cause des difficultés financières de La Marseillaise. Les abonnements, en revanche, auraient augmenté de 15% suite à la sortie récente d’une nouvelle formule.

SHARE